Qui est Peto dans le paradoxe de Peto?

Ve, 08/07/2016
Le paradoxe de Peto fait suite à l’observation par Richard Peto que le nombre de cancers observé chez des espèces animales possédant un grand nombre de cellules, comme la baleine ou l’éléphant, est plus faible que chez les humains.

Ceci constitue un paradoxe dans la mesure où on s’attendrait logiquement à une plus grande probabilité de prolifération cellulaire cancéreuse parmi les espèces comptant davantage de cellules. 

De plus, certaines baleines ont jusqu’à 200 ans : le risque de développement de cancer augmente avec l’âge et pourtant peu de cas de cancers sont observés dans cette espèce. Les généticiens pensent avoir trouvé l’explication de ce paradoxe et la solution trouvée pourrait permettre de développer de nouvelles méthodes pour se protéger du cancer : ils ont observé la présence chez l’éléphant de 20 allèles (paire de gènes) ayant un rôle important dans la suppression du cancer alors que l’humain n’en compte que quelques-uns.

Récemment, le Dr Joshua Schiffman, spécialiste du cancer pédiatrique à l’université de l’Utah, a réalisé une étude après avoir assisté à une conférence sur le paradoxe de Peto. L’étude de l’équipe du Dr Schiffman a été publiée dans JAMA, le journal de l’association américaine de médecine.